Les Runes

Histoire et mythologie

“RUNE”, voilà un mot qui, s’il n’est pas inconnu, est toutefois fort mal connu, et encore moins reconnu. Le mot “rune” fait référence à l’écriture aux formes angulaires des peuplades germano-scandinaves. Dans l’ancien langage nordique “run” signifiat écriture secrête. Dans le vieil anglais, “roun” et “rowan” ont laissé place au mot “rune” de l’anglais moderne, signifiant “secret murmuré”. En anglo-saxon, de même qu’en irlandais moderne, “run” signifiait “un secret”. On constate sans peine que le mot rune possède plusieurs sens étymologiques. Et on peut se rendre compte qu’il se dégage deux sens majeurs qui sont “secret” et “chuchotement”, ce qui n’a rien d’étonnant puisque les chamans, parfois appelés Maîtres des Runes, basaient l’apprentissage de leur art sur le transfert verbal de la même façon que le faisaient les Druides. Le mot rune en lui-même fait référence au mot norvégien désignant le caractère de l’alphabet.

Pythagore, né au VIème siècle avant Jésus-Christ considérait les runes comme étant les plus savants des hommes.

Les runes sont donc un alphabet nordique, et sont constitués de 25 pièces dont une neutre.

A quoi servent-elles ?

Les runes permettent de découvrir pourquoi on en est arrivé là, analyse du passé, présent et futur proche. Un tirage à 25 pièces est suffisamment complet pour répondre correctement à toutes de sortes de questions.

Je vous invite à vous faire tirer les runes, je le pratique.

Les runes ont un énorme pouvoir de divination.